Dictionnaires de l'Académie française

Retour

Lors de la fondation de l’Académie française en 1635, ses membres ont reçu pour mission de parfaire la langue française qui, au cours du XVIe siècle, a peu à peu remplacé le latin dans de nombreux domaines de la vie courante (le droit, la littérature, les sciences, etc.). Cette ambition figure dans les Statuts et règlements de l’Académie française, qui stipulent que l’Académie devra « travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences » (article 24) et qu’à cette fin « il sera composé un Dictionnaire, une Grammaire, une Rhétorique et une Poétique » (article 26).

La première édition du Dictionnaire a été présentée au roi le 24 août 1694. Les deux volumes qui la composent présentent environ 18 000 mots choisis pour décrire « la langue commune telle qu’elle est dans le commerce ordinaire des honnêtes gens »[1], en excluant « les termes des arts et des sciences qui entrent rarement dans le discours »[2]. Ils ne contiennent ni néologisme, ni archaïsme, ni citation ; plusieurs orthographes d’un même mot peuvent apparaître. Cette première édition regroupe les mots par familles, organisation abandonnée à partir de la deuxième édition au profit du classement alphabétique, en raison des nombreux renvois qui compliquent la lecture. Depuis le XVIIe siècle, sept autres éditions complètes ont vu le jour. La neuvième est en voie d’achèvement.

En 1694 est également paru le Dictionnaire des arts et des sciences de l’académicien Thomas Corneille, avec l’approbation de l’Académie française. Ce dictionnaire est conçu comme un complément du Dictionnaire de l’Académie française, qui présente les termes techniques des arts et des sciences qui n’ont pas été retenus par les académiciens, leur dictionnaire répertoriant les mots de la langue courante. Il s’inspire du Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts … d’Antoine Furetière (1690). Cet ancien membre de l’Académie française en fut exclu à la suite de la polémique suscitée par le projet d’un dictionnaire concurrent de celui que préparaient les académiciens.

En janvier 1674 Colbert avait fait délivrer un privilège d’impression pour le Dictionnaire de l’Académie française. Conférant un monopole, ce privilège interdisait la publication de tout dictionnaire avant la publication de celui de l’Académie, et pendant les 20 ans suivant sa publication. Mais comme il n’était valable qu’en France, deux dictionnaires concurrents furent imprimés à l’étranger et diffusés clandestinement dans le royaume avant 1694 : le Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise (…), le tout tiré de l’usage et des bons auteurs de la langue françoise de Pierre Richelet (1680) ; et le Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts, sçavoirs… d’Antoine Furetière (1690). De même, deux ans seulement après la publication de la première édition du Dictionnaire de l’Académie française, on imprima à Amsterdam une contrefaçon ayant pour titre : Le Grand dictionnaire de l'Académie françoise, dédié au Roy. Seconde édition reveüe et corrigée de plusieurs fautes, & où l'on a mis dans l'ordre alphabetique les additions qui estoient à la fin de l'édition précédente.

Au XIXe siècle, l’Académie française envisage de publier, en plus de son dictionnaire, un Dictionnaire historique de la langue française, qui présenterait une histoire des mots « de la vie ordinaire et de la littérature »[3], en excluant les termes techniques et spécialisés à une seule profession, de même que les termes tombés en désuétude. On y trouverait en revanche l’étymologie des mots, leurs différentes formes orthographiques mais aussi une histoire philosophique des mots. Entre 1865 et 1894, quatre volumes couvrant l’ensemble de la lettre A sont parus.

Depuis 2019, l’Académie française met à disposition du public un portail numérique comprenant la 9e édition du Dictionnaire ainsi que de toutes les éditions précédentes. Afin de donner également accès aux éditions papier anciennes, un partenariat entre l’Académie française, la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque de l’Institut a vu le jour, permettant de renumériser intégralement les exemplaires originaux des huit premières éditions. Ce corpus est complété par le Dictionnaire des arts et des sciences de Thomas Corneille, par les contrefaçons hollandaises du Dictionnaire de l’Académie ainsi que par les premiers tomes du Dictionnaire historique de la langue française […] publié par l’Académie française.

 

 

 

Bibliographie :

Le Dictionnaire de l'Académie française : 1694-1994 : sa naissance et son actualité. Exposition au Château de Langeais, 16 avril-3 juillet 1994, organisée par la Bibliothèque de l'Institut de France. Catalogue réalisé par Mireille Pastoureau, Annie Chassagne, Pierre Gasnault et le Service du Dictionnaire de l'Académie française, 68 p.

 

[1] Préface de la 1ère édition du Dictionnaire

[2] Préface de la 1ère édition du Dictionnaire

[3] Avertissement du tome I du Dictionnaire historique de la langue française […] publié par l’Académie française




Voir les documents de cette thématique